« Le doctorant face à ses pairs » : présentation de l’atelier doctoral de l’ARCHE

p. 193-196

Outline

Text

  • Facsimile (PDF – 171k)
  • XML TEI

Créer un espace de dialogue entre jeunes chercheurs, revendiquer la transversalité de la recherche en sciences humaines et sociales, contribuer à la collaboration de spécialités et d’origines scientifiques différentes et, enfin, permettre aux doctorants de confronter leurs travaux à l’avis de leurs pairs tout en bénéficiant des crédits de la formation doctorale ; voici les principaux objectifs du séminaire que se proposent d’animer les doctorants de l’EA3400-ARCHE durant cette année universitaire 2015-2016.

Thématiques et approche scientifique

Trois grandes thématiques, empruntées au plan quinquennal de notre équipe d’accueil, doivent baliser les travaux de notre atelier. Les interventions et réflexions doivent donc s’inscrire de façon problématisée dans l’une de ces trois approches :

Sources, Savoirs, Méthodes

La source est le cœur du travail de recherche. Mais elle n’est pas un document neutre ; elle a été produite pour répondre à un besoin, une attente ou un objectif précis à une époque donnée. Il s’agit donc de s’interroger sur la valeur de la source et les enjeux que suscite la mise en place d’une grille de lecture adaptée. En fonction de son contexte de production (administratif, politique, judiciaire, littéraire, artistique, etc.) la source révèle des aspects biaisés des sociétés actuelles ou anciennes. Il s’agit donc de proposer une réflexion sur le rapport du chercheur à sa source, sur les difficultés d’interprétation qu’elle peut susciter ainsi que sur les méthodes employées pour surmonter ces obstacles.

Espace, Identités, Frontières

Il s’agit ici de s’interroger sur les interactions des espaces et des sociétés. La frontière notamment, qui sépare ou favorise des échanges et pose la question de la construction des identités par le milieu. Elle soulève en ce sens les problèmes de l’appartenance (ou du sentiment d’appartenance) géographique, de la distribution culturelle des territoires, des vecteurs et réalités politiques des questions frontalières, des dynamiques sociales et économiques d’une voie de passage ou, à l’inverse, d’un outil de démarcation. L’espace comme objet de recherche nous invite également à nous interroger sur la figure de lAutre. LAutre dans son rapport avec la société, le territoire visité ; lAutre comme voyageur, passant étranger dont la confrontation avec une société « d’accueil » (ou de rejet ?) trahit un répertoire d’idées, de valeurs et de préjugés. Une multitude de problématiques pourront ici guider les pas du chercheur ; que signifie lAutre pour une société donnée et comment le perçoit-on ? Que nous dit le parcours du voyageur, de celui qui franchit les frontières et se joue volontiers de la compréhension nationale de l’espace ? Quels sont, à ce sujet, les objectifs et les méthodes de la recherche récente, résolument interdisciplinaire et transfrontalière ?

Autorité, Contrainte, Liberté

Les enjeux de la construction du pouvoir, les formes de contestation de l’autorité et les processus d’élaboration des normes et des valeurs d’une société sont autant de questionnements nécessaires pour amorcer une réflexion sur les sociétés anciennes ou actuelles. Les institutions, qui sont composées d’individus aux aspirations différentes, participent à la mise en place de cadres normatifs qui régissent une société. Il s’agit donc ici de s’attacher à comprendre comment sont construits ces cadres normatifs, les enjeux (financiers, politiques, moraux, culturels, etc.) sur lesquels ils reposent, et sous quelles formes se manifestent les oppositions. Cela implique d’adopter une lecture à différentes échelles de la société étudiée afin de comprendre comment l’individu peut se positionner par rapport aux institutions et aux règles régissant le corps social.

Au-delà de l’aspect thématique, l’objectif est par ailleurs de permettre aux doctorants d’aborder et de discuter de l’aspect méthodologique du travail de recherche : les contraintes du terrain, l’approche des sources et de la bibliographie, la construction d’un argumentaire, la communication de résultats scientifiques et l’aptitude à débattre.

Ces questionnements concernent bien sûr les recherches de tous les historiens, mais aussi celles de nombre de chercheurs en sciences humaines et sociales. C’est pourquoi nous invitons chaleureusement les doctorants des disciplines voisines à répondre à notre appel à communication1. En effet, la création de cet atelier doctoral au sein de l’équipe ARCHE s’inscrit dans le renforcement des relations interdisciplinaires entre les doctorants membres de l’ED519-SHS-PE. Ainsi, parallèlement au développement de l’association des doctorants en sciences humaines et sociales (DOXTRA) depuis 2010, ces dernières années ont vu éclore et se développer un certain nombre de projets créés par et pour les doctorants. L’UMR7363-SAGE accueille depuis 2013 un atelier de méthodes quantitatives coordonné par des doctorants de SAGE et de l’EA3400-ARCHE ainsi qu’un séminaire pluridisciplinaire intitulé « Penser l’État ». Les doctorants de l’UMR7044-ARCHIMèDE ont quant à eux mis en place une série de workshops visant à réfléchir de façon transversale sur la problématique de la « hiérarchie ». En accueillant à son tour un atelier doctoral, l’EA3400-ARCHE participe ainsi activement à la dynamisation des échanges entre les jeunes chercheurs des différents laboratoires de l’école doctorale des sciences humaines et sociales. Nous espérons de fait tracer les contours d’un cadre régulier et interdisciplinaire de rencontre, d’échanges et d’entraide entre doctorants.

Les acteurs du séminaire

Collégiale, la coordination du séminaire est assurée par deux ou trois doctorants qui mettent en œuvre les décisions prises par les doctorants. Tous les semestres, d’autres étudiants assureront cette fonction afin que le plus grand nombre d’entre eux puissent apprendre à prendre en charge les aspects pratiques et scientifiques liés au séminaire.

Le doctorant souhaitant intervenir peut présenter son projet de thèse, l’état d’avancement de ses travaux ou une communication qu’il fera ultérieurement dans le cadre d’un colloque. Le sujet de l’intervention, lié aux thèmes précédemment explicités, peut donc être général ou très précis. Afin que l’auditoire puisse participer activement aux débats, il est par ailleurs demandé à chaque intervenant de remettre, une semaine avant sa communication, un dossier de trois ou quatre pages comprenant un bref résumé de son propos, une bibliographie ainsi qu’un article et/ou un conseil de lecture particulièrement représentatif(s) du thème abordé.

Pour garantir la vitalité des débats, il est également proposé aux doctorants de participer à l’atelier en tant que discutant. Ce dernier a pour fonction d’animer et d’orienter le débat. Il se charge de faire une brève reprise des idées clefs de l’intervention et peut immédiatement poser une ou plusieurs questions à l’intervenant.

Organisation et informations pratiques

Sept séances composent la première année universitaire de notre atelier, à raison d’une séance par mois, entre octobre 2015 et mai 20162. Ces séances, d’une durée approximative de deux heures, sont divisées en trois temps, à savoir 20 à 30 minutes d’exposé par l’intervenant, 5 à 10 minutes de reprise par le discutant et 30 à 45 minutes de discussion entre l’ensemble des participants3.

La discussion, l’échange, l’entraide mais également la convivialité sont au centre de cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs. En fin de séance, une séquence est ainsi réservée au traitement de questions ayant plus généralement trait au quotidien du doctorant : interrogations sur la formation doctorale, informations sur les différentes échéances du cursus doctoral (mi-parcours, réinscription), présentation d’autres ateliers de doctorants, renseignements à propos des ressources disponibles à Strasbourg (bibliothèques de l’Université, BNU, archives), etc.

Enfin, notons que le succès de cet atelier imaginé, organisé et animé par les doctorants dépend naturellement de la volonté de chacun à contribuer à cette démarche scientifique originale et résolument inscrite dans le souci interdisciplinaire de notre école doctorale et de notre équipe d’accueil.

1 L’appel à communication/participation est consultable sur le site internet de l’ARCHE : http://ea3400.unistra.fr/travaux-de-larche/

2 Pour connaître le calendrier ainsi que le programme des séances, nous renvoyons à l’agenda de l’ARCHE disponible sur le site internet de l’équipe d’

3 Les modalités de participation sont précisées dans l’argumentaire de l’atelier doctoral.

Notes

1 L’appel à communication/participation est consultable sur le site internet de l’ARCHE : http://ea3400.unistra.fr/travaux-de-larche/ateliers-des-doctorants/le-doctorant-face-a-ses-pairs

2 Pour connaître le calendrier ainsi que le programme des séances, nous renvoyons à l’agenda de l’ARCHE disponible sur le site internet de l’équipe d’accueil.

3 Les modalités de participation sont précisées dans l’argumentaire de l’atelier doctoral.

References

Bibliographical reference

Camille Dagot, Anne Rauner and Gilles Vogt, « « Le doctorant face à ses pairs » : présentation de l’atelier doctoral de l’ARCHE », Source(s) – Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe, 7 | 2015, 193-196.

Electronic reference

Camille Dagot, Anne Rauner and Gilles Vogt, « « Le doctorant face à ses pairs » : présentation de l’atelier doctoral de l’ARCHE », Source(s) – Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe [Online], 7 | 2015, Online since 20 octobre 2022, connection on 21 juillet 2024. URL : https://www.ouvroir.fr/sources/index.php?id=337

Authors

Camille Dagot

Author resources in other databases

  • IDREF

By this author

Anne Rauner

Author resources in other databases

  • IDREF

By this author

Gilles Vogt

Author resources in other databases

  • IDREF

By this author

Copyright

Licence Creative Commons – Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0)