Lutter dans la pédagogie

p. 3-4

Index

Topic index

Éditorial

Text

« […] nous luttons pour faire surgir, du sein même de l’École publique, cette École du peuple dont nous avons minutieusement élaboré les fondements techniques »
(Freinet, C., 1969, p. 14).

Ce numéro 4 de La Pensée d’Ailleurs nous encourage à penser que nous avons eu raison de faire « l’impossible » : créer en 2019 une revue sans aucun moyen financier, sans ingénieur d’étude et sans support technique, une revue qui soit l’expression de la vivacité d’une petite équipe de recherche. À l’heure où les revues dites ACL en sciences de l’éducation sont engorgées, où le principe des expertises/évaluations d’articles lamine la pensée critique et audacieuse, où il devient difficile donc d’adresser à ses pairs une parole singulière, nous avons voulu ouvrir un espace pour la coopération antagoniste à la compétition universitaire organisée : nous accordons une grande importance à ce que praticiens et chercheurs offrent une vue du travail coopératif qu’il est possible de conduire dans les recherches en éducation. À l’heure où en sciences de l’éducation il devient difficile de soutenir un propos philosophique, où les travaux historiques peinent à trouver une issue éditoriale et où certaines disciplines telle la psychanalyse sont exclues des réflexions relevant du domaine éducatif, nous voulions offrir un espace suffisamment ouvert pour accueillir une grande diversité de travaux, dans une grande diversité de formes. C’est l’heure, enfin, où le contexte politique est sombre et où la fable du « monde d’après » s’est dissoute aussitôt qu’énoncée pour ne laisser place qu’au désespérant « dernier homme » dont l’étrange pouvoir est de durer — ainsi que l’annonçait Nietzsche dans son Zarathoustra — refusant de penser qu’un autre monde est possible, refusant donc tout simplement de penser.

La Pensée d’Ailleurs tient à son caractère d’atelier de la recherche ; ce n’est pas une revue pour le prestige mais un lieu d’échanges pour le nécessaire travail de tous les jours. Travail minutieux, et c’est pourquoi les relectures des articles soumis visent non une prétentieuse « expertise » mais une solidarité avec les chercheurs afin d’aboutir à un texte thick, éligible au titre de texte « scientifique ».

Dans cette optique, nous reprenons à notre compte une question devenue classique : la science exclut-elle la pédagogie ? Faut-il quitter les rives anciennes de la pédagogie pour naviguer enfin dans les eaux claires de la scientificité ? Nous ne nous retrouvons pas dans ce dualisme qui voudrait, au nom de la sociologie, de la psychologie ou de la didactique « dépasser » la littérature pédagogique — fût-elle vue comme une théorie pratique. La science commence dans le continuum de l’expérience, et ce que nous appelons pédagogie est d’abord le domaine du connaisseur pratique de l’éducation scolaire : si la science a besoin de s’élever dans le concret des pratiques, elle commence aussi largement dans les pratiques elles-mêmes qui précèdent toute théorisation. La science est ce processus dans son ensemble, comme le remarquait brillamment Freud dans son article de 1915 « Pulsions et destins des pulsions » :

Nous avons souvent entendu formuler l’exigence suivante : une science doit être construite sur des concepts fondamentaux clairs et nettement définis. En réalité, aucune science, même la plus exacte, ne commence par de telles définitions. Le véritable commencement de l’activité scientifique consiste plutôt dans la description de phénomènes, qui sont ensuite rassemblés, ordonnés et insérés dans des relations […]
(Freud, 1968, p. 11).

Ce domaine de l’action qu’est la pédagogie n’a pas l’aspect de pureté qu’apprécie et que cherche à décrire ordinairement la « science » : c’est un champ de contradictions où sont menées des luttes. Dans l’art de conduire les élèves vers la culture, Platon déjà s’y entendait à penser la lutte. La République, ou Le Banquet — écrits dans la même période — exposent toute la difficulté et la complexité de la pédagogie oscillant entre le conflit et la ruse, mais aussi la position polémique du pédagogue dans la cité.

Nous espérons que cette livraison de La Pensée d’Ailleurs, en s’attachant à la figure du pédagogue, prendra sa part aux luttes qui sont menées aussi dans la pensée.

Bibliography

Freinet, C. (1969). Pour l’école du peuple. Maspéro [éd. originale (1945). L’école moderne française. Paris : Ophrys].

Freud, S. (1968). Métapsychologie. (Trad. J. Laplanche, J.-B. Pontalis). Gallimard [éd. originale (1915). Zur Vorbereitung einer Metapsychologie: Internationale Zeitschrift für ärztliche Psychoanalyse].

References

Bibliographical reference

Henri Louis Go, « Lutter dans la pédagogie », La Pensée d’Ailleurs, 4 | 2022, 3-4.

Electronic reference

Henri Louis Go, « Lutter dans la pédagogie », La Pensée d’Ailleurs [Online], 4 | 2022, Online since 06 octobre 2022, connection on 02 décembre 2022. URL : https://www.ouvroir.fr/lpa/index.php?id=198

Author

Henri Louis Go

Author resources in other databases

By this author